L’an dernier, je m’étais donné comme objectif de parcourir 150 kilomètres sur la Rideau Trail dans le cadre du défi pour le 150e anniversaire du Canada. Ça me semblait une belle façon d’occuper mes fins de semaine en plus de me donner l’occasion d’explorer ma région davantage. En juin, je suis partie des écluses du canal Rideau à Ottawa afin de parcourir mes premiers kilomètres sur le sentier.

Au fil des semaines, j’ai rajouté des kilomètres au compteur, en continuant à suivre les balises orange marquant le sentier. J’ai traversé parcs, forêts, marécages et villages tout en suivant le cours du canal qui donne son nom au sentier. J’ai finalement franchi la marque des 150 kilomètres non loin de Perth cinq mois plus tard. Et j’ai eu droit à un joli badge pour souligner l’exploit!

Badge de la Rideau Trail
Mon badge pour souligner mes 150 kilomètres

Au-delà du défi, j’ai pris goût à la Rideau Trail. Ça a été un peu une surprise pour moi, parce que je ne m’attendais pas à être envoutée à ce point par le sentier. Je croyais que je finirais par me lasser des paysages plats de l’Est ontarien. Finalement, au contraire, j’ai eu l’impression que la Rideau Trail m’a permis de voir ma région sous un œil différent.

L’hiver est maintenant officiellement terminé. Il y a encore de la neige, mais les températures douces sont de retour, les journées sont plus longues, l’air sent le printemps. Je me suis donc dit que le temps était venu pour moi de retourner faire un tour sur la Rideau Trail.

Je suis revenue à l’endroit où j’ai arrêté ma randonnée la dernière fois. Ça m’a pris quelques temps avant de trouver les triangles orange du sentier (faut croire que j’en ai perdu l’habitude après cette pause de cinq mois). Puis j’ai finalement repéré mon premier triangle indiquant des montants à franchir pour passer par-dessus une clôture et voilà, j’étais officiellement de retour sur la Rideau Trail.

Rideau Trail
Chère Rideau Trail, tu m’as manquée

J’ai parcouru cinq kilomètres aujourd’hui. Cinq kilomètres en terre privée, quelque part au sud-est de Perth. Curieusement, cette portion du sentier a été la plus accidentée que j’ai rencontrée jusqu’à maintenant. Il y a eu plusieurs montée et descentes, quelques roches à escalader, des passerelles au-dessus de marécages et même un petit pont au-dessus d’un ruisseau gonflé par la fonte des neiges.

Rideau Trail
Quand la Rideau Trail devient une course à obstacles

La neige, la glace et la boue printanière m’ont sans doute ralentie un peu, mais qu’importe. La journée était magnifique, j’ai croisé de nombreux geais, pics et mésanges, j’ai fait fuir quelques écureuils et même quelques cerfs. J’étais seule en forêt, il faisait beau, les paysages étaient magnifiques. De parfaites retrouvailles avec la Rideau Trail.

Rideau Trail
Moment parfait en forêt

Premier constat : la Rideau Trail m’avait vraiment manquée. Les 150 kilomètres de l’an dernier m’ont donné le goût d’en faire 150 autres. Et comme le sentier se rend jusqu’à Kingston, j’ai trouvé mon objectif pour l’année : me rendre jusqu’au bout.

Deuxième constat : mes nouvelles bottes de randonnée sont plus imperméables que mes souliers de l’an dernier. J’ai mis les pieds dans quelques flaques d’eau, mais j’ai quand même terminé la journée avec les pieds secs. Kingston, j’arrive!

Mon parcours sur la Rideau Trail:

Advertisements

Rédigé par Vanessa

Voyageuse dans l'âme, lectrice avide et exploratrice passionnée! Franco-Ontarienne, présentement à Casselman, Ontario.

3 comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.