J’avais plutôt hâte de traverser la forêt Marlborough. Il faut dire que depuis Stony Swamp, la Rideau Trail a surtout consisté en chemins de campagne tranquilles, mise à part un court intermède sur un sentier boisé au nord du village de Richmond (portion du sentier plutôt difficile à naviguer en raison des nombreuses sections inondées). Les chemins de campagnes sont bien agréables, mais après avoir marché plus d’une vingtaine de kilomètres sur eux, j’avais vraiment hâte que la Rideau Trail me permette à nouveau de m’évader sur un vrai sentier en plein nature.

J’étais donc plus qu’excitée lorsque je suis arrivée devant la pancarte m’indiquant que j’entrais dans la forêt Marlborough. La forêt Marlborough est composée de plus de 8 000 hectares de terres publiques et est une aire écologique et de biodiversité importante pour Ottawa. C’est en faisant de la recherche sur la Rideau Trail que j’ai découvert son existence, et j’avais bien hâte de l’explorer pour la première fois.

Et pour l’occasion, j’ai décidé d’amener mon chien avec moi. J’amène souvent Rose en balade en forêt avec moi, mais je ne l’avais pas encore fait dans le cadre de mon aventure sur la Rideau Trail. Je me suis dit que la forêt Marlborough me donnait la parfaite occasion de le faire.

Rideau Trail
Dernier regard sur la campagne de Richmond avant de m’enfoncer en forêt

L’accès à la forêt s’est fait au sud de Richmond, tout au bout d’un long chemin de gravier. Le sentier suit ce qui semble être une piste de motoneige l’hiver. Il est assez large et enroché. Et là aussi, il y avait beaucoup de flaques d’eau, la plupart facile à contourner, mais d’autres m’ont causé quelques problèmes (oui, je me suis une fois de plus trouvée avec les pieds mouillés).

Forêt Marlborough
Rose a bien aimé les flaques d’eau

Mais rapidement, je me suis rendu compte que la forêt Marlborough comptait un fléau pire que les portions du sentier inondées : les mouches à chevreuil. Celles-ci me tournaient autour sans relâche, s’immisçaient dans mes cheveux et attaquaient Rose sans pitié. On a eu une pause lorsqu’il s’est mis à pleuvoir à verse. Jamais je n’aurais cru accueillir la pluie avec autant de soulagement.

À un moment donné, j’ai réalisé avec horreur que Rose avait le museau, le front et les oreilles boursoufflés. Elle se jetait dans toutes les flaques d’eau que nous croisions, tentant avec férocité de se débarrasser des mouches qui se posaient sans cesse sur elle. Je n’avais pas fait autant de kilomètres que j’avais prévu faire sur la Rideau Trail mais j’ai décidé de rebrousser chemin. Rose et moi en avions assez.

Forêt Marlborough
Si beau… si on tolère les piqûres de mouche

Cette expérience dans la forêt Marlborough m’a un peu découragée pour la suite. Mais je suis têtue et suis revenue deux jours plus tard pour continuer ma randonnée. Et cette fois, j’ai demandé à mon copain de venir me porter. En laissant ma voiture à mon point d’arrivée prévu et en étant déposée à l’endroit où je débutais ma randonnée, ça me permettait de faire davantage de kilomètres d’un coup. J’avais l’intention de rattraper ma randonnée abrégée de la dernière fois.

Après un petit imbroglio avec Google Maps, j’ai finalement stationné ma voiture près de l’endroit où j’ai abandonné ma randonnée la dernière fois, puis mon copain m’a conduite à un stationnement plus au sud à partir duquel je débuterais ma randonnée de la journée. Contrairement à mon habitude, j’allais suivre le sentier en direction nord (c’était logistiquement la meilleure option, mais mon côté TOC avait un peu de difficultés avec cela – et en a encore).

Sauf qu’une fois mon copain parti, j’ai réalisé qu’il n’y avait pas de triangles orange m’indiquant la Rideau Trail. Il y avait bien des sentiers, mais aucun n’était balisé. J’étais en pleine forêt et n’avais aucune idée de la direction à prendre. Petit moment de panique.

J’ai consulté les cartes sur le site de la Rideau Trail et lu les indications. J’ai marché quelques mètres sur la route de gravier menant au stationnement et j’ai finalement trouvé le sentier. Soupir de soulagement.

Forêt Marlborough
Forêt Marlborough, prise deux

Une fois sur la Rideau Trail, j’ai rapidement réalisé que cette portion me plairait. Pas de gravier ou d’asphalte, que le sol forestier à peine marqué par les randonneurs qui sont passés par là avant. Les flèches orange sont la seule indication que l’on va dans la bonne direction. Il faut donc s’assurer d’y porter une grande attention pour éviter de se perdre (j’ai dû revenir sur mes pas quelques fois…).

Forêt Marlborough
Vous voyez le sentier? Moi non plus.

Le sentier passe par différents écosystèmes. Des marécages tranquilles où j’ai dérangé un grand héron. Un bosquet de bouleaux blancs. Une plantation de cèdre. Une prairie où batifolaient des geais bleus. Le terrain était un peu plus accidenté aussi. Rien de drastique, mais il m’a fallu descendre et monter de légères buttes.

Et, le plus fantastique dans tout ça, il n’y avait presque pas d’eau sur cette portion du sentier. J’en ai presque pleuré de joie.

Les mouches à chevreuil étaient présentes une nouvelle fois, mais seulement dans les endroits plus découverts. Sous l’épais couvert des arbres, elles laissaient leur place aux moustiques qui m’ont semblé bien moins dérangeants. J’ai enfin pu apprécier la forêt Marlborough dans toute sa valeur et prendre le temps d’apprécier la beauté et la quiétude des paysage.

Forêt Marlborough
Beau, tout simplement

Et avec ça, j’en suis maintenant à plus de la moitié de mon objectif! Et à nouveau motivée pour la suite!

Ps : Rose va bien. Les piqûres avaient désenflé par le temps que nous arrivions à la maison, mais je pense que je vais attendre un peu avant de la ramener avec moi sur le sentier.

Mon parcours sur la Rideau Trail:

Advertisements

Rédigé par Vanessa

Voyageuse dans l'âme, lectrice avide et exploratrice passionnée! Franco-Ontarienne, présentement à Casselman, Ontario.

5 comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.