La fois où j’ai atteint le sommet du mont Taishan en Chine

Comme je suis présentement en quarantaine et dans l’impossibilité de sortir de la maison, j’en profite pour replonger dans mes souvenirs de voyage. Je vous raconte ici la fois où j’ai visité le mont Taishan, l’un des monts les plus sacrés de Chine.

Je ne me rappelle plus exactement pourquoi ma coloc et moi avons décidé de nous rendre au mont Taishan. Pour la première fois depuis notre arrivée en Chine nous avions quelques jours de congé, et comme ceux-ci tombaient en même temps que mon anniversaire nous avons décidé de marquer l’occasion avec une randonnée jusqu’au sommet de Taishan. Un sommet à 1 500 mètres d’altitude pour mon anniversaire, rien de moins!

Le mont Tai, ou Taishan (泰山), est l’un des cinq monts sacrés de la Chine et est le plus haut sommet de la province de Shandong. Au cours des derniers siècles, plusieurs empereurs de différentes dynasties ont effectué le pèlerinage jusqu’au sommet afin de participer à des cérémonies ou d’y effectuer des sacrifices. Même Confucius y aurait laissé des inscriptions dans la pierre. La montagne fait partie du patrimoine mondial de l’Unesco depuis les années 80 en raison de son importance religieuse, culturelle et historique pour la Chine.

Comme Taishan est situé le long du chemin de fer qui relie Pékin à Shanghai, il est plutôt facile de s’y rendre, et après quatre heures de train depuis la capitale, nous nous sommes retrouvées en plein centre de Tai’an, la petite ville située au pied de la montagne.

La porte d'entrée du sentier de Taishan
La porte d’entrée du sentier principal du mont Taishan

Le début de l’ascension

Nous sommes arrivées à Tai’an en soirée, avec l’objectif de commencer notre randonnée en matinée. Depuis notre hôtel, nous avons pris l’autobus qui nous a rapidement amené à la porte d’entrée du sentier principal. Il existe plusieurs façons de se rendre au sommet du mont Tai, mais nous avons décidé de suivre le chemin le plus populaire, le sentier Est, celui emprunté par les empereurs.

Je savais que nous allions croiser de nombreux temples le long du sentier (il y en a 22 sur la montagne), mais j’avoue que je ne m’attendais pas au fait que le sentier allait être composé principalement d’escaliers. À cette époque, mon expérience de randonnée en montagne se limitait surtout au très petit mont Rigaud (et si vous connaissez le mont Rigaud, vous savez qu’appeler ça une « randonnée en montagne » est un peu exagéré). Je m’imaginais donc qu’un sentier tout en escalier allait être facile à suivre et que nous allions atteindre le sommet en un rien de temps.

Comme j’étais naïve.

Un escalier sur le mont Taishan
Des marches, des marches et encore des marches

Le sentier principal fait près de 10 kilomètres et comprend plus de 6 000 marches (!). Mais la première heure de randonnée ne nous a pas paru si pénible. Comme Taishan est une attraction touristique très populaire, on retrouve le long du sentier plusieurs kiosques pour acheter breuvage et nourriture, de nombreux arrêts où faire une pause et plusieurs temples à visiter.

Et surtout, nous n’étions pas pressées. Atteindre le sommet de Taishan était notre seul plan de la journée. Nous en avons donc profité pour nous arrêter à tous les temples croisés sur notre chemin.

Temple à Taishan
L’un des nombreuz temples visités le long du parcours

La météo n’était pas parfaite (un léger brouillard couvrait la montagne) mais rien ne pouvait altérer notre enthousiasme. Après un mois à vivre dans le chaos urbain de Pékin, j’avais l’impression de découvrir la Chine que je m’étais imaginée : les temples en montagne, les poules picorant le long du sentier, les caractères gravés sur les rochers, les ruines envahies par la végétation…

À mi-chemin

Après trois heures à grimper des escaliers, nous sommes arrivés à un vaste stationnement. Nous qu’y croyions être presque arrivées, nous avons eu un petit moment de découragement. Nous n’étions qu’à mi-parcours. Devant nous, l’escalier semblait monter à perte de vue.

À mi-chemin du parcours
Quand tu réalises que la montée ne fait que commencer…

Plusieurs touristes commencent leur circuit à partir de ce point. C’est aussi à cet endroit que l’on trouve l’un des téléphériques menant au sommet. Mon amie et moi avons eu une sérieuse discussion à cet endroit : faire le reste du trajet à pied ou emprunter le téléphérique?

Nous avons décidé de continuer à pied.

C’est sans doute dans cette section que le paysage se fait le plus spectaculaire, mais il était difficile pour nous de mesurer l’ampleur du chemin parcouru, comme les environs se perdaient dans le brouillard. Notre seul point de repère : le long ruban d’escaliers derrière nous, et celui qui nous restait à gravir devant nous.

Sentier principal sur Taishan
L’escalier à perte de vue dans la montagne

C’est aussi dans cette section que la montée devient plus exigeante. Les marches sont plus étroites et plus hautes. La montée est constante et éreintante. Je n’aurais jamais pu croire que monter des escaliers pouvait être si difficile.

Nous n’étions évidemment pas les seules sur le sentier, mais, curieusement, nous avons croisé peu d’étrangers. En fait, il y avait tellement peu d’étrangers que nous attirions l’attention. Plusieurs personnes nous ont lancé des regards curieux et quelques-unes se sont arrêtées pour nous faire la conversation ou pour prendre des photos avec nous (je salue tous ces randonneurs chinois qui ont quelque part dans leurs albums une photo de moi épuisée et en sueur).

Enfin, le sommet!

Nos derniers mètres sur le sentier, nous les avons faits en compagnie d’un groupe de randonneuses chinoises. Elles ne parlaient pas anglais, et nos connaissances en mandarin étaient plutôt rudimentaires, mais nous avons tout de même trouvé le moyen de nous encourager mutuellement et de rire de l’épuisement qui nous accablait toutes.

Et lorsque nous avons finalement franchi la porte marquant le sommet, nous nous sommes serrées dans nos bras. Pas besoin de parler le même langage pour comprendre la fierté ressentie lorsqu’on atteint le sommet d’une montagne!

Sommet de Taishan
Après des heures à monter des escaliers, enfin le sommet!

Le sommet de Taishan ressemble à un petit village où on retrouve plusieurs restaurants, temples et même un hôtel. Nous avons pris le temps de nous reposer et de manger, mais comme la vue était complètement inexistante en raison du brouillard, nous n’y sommes pas restées très longtemps. En fait, je pense que c’est à ce moment-là que j’ai compris que l’ascension d’une montagne était souvent plus marquante que le sommet.

Comme nous étions plutôt exténuées, nous avons opté de prendre le téléphérique pour redescendre. Et je pense qu’il n’y avait pas de meilleure façon pour comprendre l’ampleur du chemin parcouru.

Téléphérique à Taishan
Redescendre dans le brouillard

Aujourd’hui encore, ma randonnée au mont Taishan demeure l’un de mes plus beaux souvenirs de la Chine. Maintenant que je suis une randonneuse un peu plus aguerrie, j’espère pouvoir y retourner un jour afin d’explorer les autres sentiers!

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: