Comme je l’ai mentionné la semaine dernière, j’ai vraiment eu un coup de foudre pour la Rideau Trail l’an dernier. Non seulement parce que son sentier m’a fait passer par divers endroits intéressants, mais aussi parce qu’il me permet d’en apprendre un peu plus sur l’histoire de l’Est ontarien.

Et après avoir traversé villes, villages, forêts, marécages et champs agricoles, j’ai eu la surprise d’atterrir en ancienne zone minière.

Bienvenue en territoire minier

Située à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Perth, la Zone de conservation des mines de mica est l’un des nombreux endroits de la région qui ont été exploités au 19e siècle pour leurs gisements de mica et d’apatite. L’est de l’Ontario était d’ailleurs, à cette époque, l’un des principaux fournisseurs mondiaux de mica. Ce minerai argenté et friable était utilisé comme matériau isolant ou pour construire des fenêtres résistantes à la chaleur.

Morceau de roche parsemé de mica

Une fois extrait du sol, le mica était transporté par bateau sur le canal Rideau vers Kingston et Ottawa.

La majorité des mines de mica des environs ont été abandonnés dans les environs de 1912, lorsque des gisements plus profitables ont été trouvés ailleurs. N’empêche, l’importance historique de ces mines est indéniable, puisqu’elles ont été parmi les premières exploitées au Canada.

Attention à ne pas tomber dans une ancienne mine de mica

Quelques kilomètres de la Rideau Trail passent par cet endroit inusité. Des trous de diverses profondeurs bordent le sentier par endroits, mais la plupart des traces d’activités humaines ont été effacées par le temps et la nature. Autre aspect particulier de l’endroit : le sol brille, littéralement (des morceaux de mica reflétant la lumière du soleil sont commun le long du sentier).

Après avoir traversé la Zone de conservation des mines de mica, les kilomètres suivants de la Rideau Trail semblaient presque banals. Le sentier passe par quelques clairières et boisés et est, par endroits, plutôt escarpé. Le paysage, plutôt morne, doit être plus joli lorsque les couleurs fades de la fin de l’hiver font place à la verdure du printemps.

En attendant le printemps…

Mais, preuve que la nature s’éveille lentement après la torpeur de l’hiver, j’ai croisé un serpent sur le sentier.

Je déteste les serpents.

Affreusement.

Et celui-ci, qui trouvait sans doute que je passais un peu trop près de lui, s’est retourné prestement vers moi avec la bouche grande ouverte. Nous nous sommes dévisagés pendant quelques minutes, jusqu’à ce que j’aie assez de courage pour le contourner et poursuivre sur mon chemin.

Je sais qu’il était tout petit, mais JE DÉTESTE LES SERPENTS, POINT.

Petit serpent, grosse frayeur

J’ai marché jusqu’aux frontières du parc provincial de Murphys Point, en regardant bien où je posais les pieds (avec la peur affreuse de croiser un autre serpent), puis je suis revenue sur mes pas. J’explorerai le parc provincial une prochaine fois!

Mon parcours sur la Rideau Trail:

Advertisements

Rédigé par Vanessa

Voyageuse dans l'âme, lectrice avide et exploratrice passionnée! Franco-Ontarienne, présentement à Casselman, Ontario.

Leave a Reply