Visiter le Danemark est devenu une tradition annuelle pour moi. Il faut dire que ma meilleure amie y habite et que nous essayons de nous voir au moins une fois par année. Je commence à plutôt bien connaître Copenhague, et à mon dernier passage en décembre dernier, j’en avais profité pour redécouvrir la ville de Roskilde.

Cette fois-ci, comme je séjournais dans la ville de Hørsholm, je me suis concentrée à explorer la région au nord de Copenhague. Et comme la température était plutôt agréable, mon amie et moi avons décidé de faire le plus de randonnées possible. Et nous avons commencé par explorer le Dyrehaven, l’ancienne réserve de chasse de la royauté danoise.

Dyrehaven
Le Dyrehaven, petit paradis naturel au nord de Copenhague

Le Dyrehaven (officiellement le Jægersborg Dyrehave) est un parc de 11 kilomètres carrés situé au nord de la capitale. C’est le roi Frederik III qui fut le premier en 1669 à clôturer le parc afin de faciliter la chasse aux cervidés dans le secteur. Son fils, le roi Christian V, qui était un grand amateur de la chasse à courre, a fait agrandir la réserve de chasse, allant jusqu’à exproprier les habitants d’un village voisin.

Aujourd’hui, le Dyrehaven est un vaste parc forestier protégé et sans doute l’un des endroits les plus accessibles pour faire de la randonnée à proximité de Copenhague. Le Dyrehaven (de même que d’autres réserves de chasse du Zélande du Nord) a été reconnu en 2015 au sein du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Mon amie et moi avons débuté notre randonnée à la station de train de Skodsborg, à la frontière nord du parc. Nous avons tout d’abord mis le cap sur le marais de Bøllemosen autour duquel il est possible de suivre un sentier. Il y a quelques panneaux d’interprétation sur la nature, la faune et la flore des environs, mais ils sont seulement en danois (et malgré mes nombreux séjours au Danemark, mon danois est encore plutôt médiocre).

Dyrehaven
Autour du marais

Après avoir fait le tour du Bøllemosen, nous avons suivi le sentier en direction sud. Nous sommes éventuellement arrivées à l’une des barrières rouges de l’ancienne réserve de chasse. Le parc est encore clôturé aujourd’hui, et accueille toujours près de 2000 cervidés.

Ce qui m’a le plus frappée dans le parc, c’est la grosseur des arbres. Ils sont si gros et grands! La forêt est restée plutôt intacte au cours des derniers siècles, et elle est encore aujourd’hui laissée à l’état naturel. Aucune coupe commerciale n’y est pratiquée et les arbres tombés ne sont ramassés que s’ils constituent un danger pour les promeneurs.

Dyrehaven
Sous les arbres du Dyrehaven

Après quelques kilomètres de marche, nous avons aperçu nos premiers cerfs. Le parc en compte trois espèces (cerfs élaphes, daims européens et cerfs Sika) et ils se déplacent habituellement en larges groupes. Certains se laissent facilement approcher, mais il est recommandé de ne pas les toucher ou les nourrir, puisque ceux-ci sont considérés comme étant toujours à l’état sauvage.

Dyrehaven
Au loin, un troupeau de daims sauvages

Nous sommes éventuellement arrivées à l’Hermitage (Eremitagen en danois), l’ancien pavillon de chasse du roi. De style baroque, ce bâtiment a été construit en 1734 et est plutôt impressionnant dans ce vaste paysage naturel. Du pavillon, nous avions une vue magnifique sur la grande clairière dans laquelle broutaient des cerfs, et au-delà, nous pouvions apercevoir les reflets bleutés de l’Øresund. Rajoutez à cela les carrioles tirées par des chevaux transportant les touristes sur les sentiers et on avait presque l’impression de se retrouver à une autre époque.

Hermitage au Dyrehaven
Le pavillon de chasse royal ne manque pas de style…

Nous avons poursuivi notre chemin jusqu’à la frontière sud du parc. Cet endroit est un peu plus touristique. On y retrouve quelques restaurants, la possibilité d’y louer des vélos ou de négocier un tour en carriole et Bakken, un parc d’attraction qui rivalise avec Tivoli pour le titre du plus vieux parc d’attraction du monde.

En tout, nous avons parcouru une dizaine de kilomètres dans le parc. Et ce fut magique. Après avoir exploré Copenhague en profondeur au cours des dernières années, ça m’a fait du bien de découvrir une différente facette du Danemark.

Dyrehaven
Joli endroit pour une balade

Se rendre à Dyrehaven est assez facile depuis Copenhague. À partir de la gare centrale ou de la gare de Nørreport, il suffit de prendre l’un des trains longeant la côte de l’Øresund et de débarquer à la gare de Klampemborg (ou à celle de Skodsborg si vous souhaitez faire la longue randonnée depuis le nord du parc).

Advertisements

Rédigé par Vanessa

Voyageuse dans l'âme, lectrice avide et exploratrice passionnée! Franco-Ontarienne, présentement à Casselman, Ontario.

4 comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.