La ville de San Sebastián en Espagne compte trois petits monts qui façonnent sa topographie et lui donnent son look si particulier : le mont Urgull, au pied duquel s’étend le vieux quartier, le mont Ulia, qui s’élève à l’est de la ville, au bout de la plage Zurriola, puis finalement le mont Igueldo, qui s’élève à l’ouest de la ville, au bout de la plage Ondarreta.

Donc après avoir exploré le petit mont Urgull puis le mont Ulia, il ne me restait plus qu’à m’attaquer au mont Igueldo, qui, à 413 mètres, est le plus élevé des trois.

Plage Ondaretta
Le mont Igueldo s’éleve à l’ouest de San Sebastián

Il faut que je spécifie ici qu’il est possible de monter au sommet du mont Igueldo en empruntant un vieux funiculaire. Mais, comme ce fut le cas lorsque je suis montée au sommet de Tibidabo à Barcelone, j’ai décidé d’ignorer le funiculaire et de me rendre au sommet par mes propres moyens, parce que la montée est pour moi souvent bien plus intéressante que le sommet lui-même.

Donc une soirée après avoir terminé ma journée de travail, je me suis dirigée vers Igueldo. J’ai suivi la promenade le long de la plage Ondarreta, puis je me suis retrouvée devant la station de funiculaire. J’ai rapidement remarqué un signe indiquant des escaliers pour ceux qui avaient envie d’effectuer la montée à pied.

Mont Igueldo
En route vers le sommet

En fait, les escaliers servent plutôt de raccourcis pour monter à travers le quartier qui se trouve sur le flanc de la montagne. La route vers le sommet n’est pas clairement indiquée, mais en empruntant les escaliers entre les résidences cossues et en suivant la route qui serpente dans le quartier, je suis graduellement montée vers le sommet. Avec, en chemin, des paysages magnifiques se dévoilant sous mes yeux.

Mont Igueldo
Heure dorée sur la mer…

La route finit par s’éloigner du quartier pour suivre le flanc nord de la montagne, avant de se remettre à zigzaguer vers le sommet. Je suis passée au pied d’un mignon petit phare blanc, puis j’ai continué à suivre la route qui montait tranquillement. Il m’a alors semblé que tous les adolescents de San Sebastián s’étaient donné rendez-vous sur le bord de la route pour écouter de la musique, fumer et admirer le paysage. Il faut dire que c’est quand même un joli coin pour flâner.

Phare mont Igueldo
Un phare sur la route

Puis, alors que j’avais l’impression d’être presque arrivée, je me suis retrouvée devant une barrière. C’est qu’on retrouve un parc d’attraction au sommet du mont Igueldo, et je m’y pointais bien après les heures d’ouverture. J’aurais sans doute pu me glisser sous la barrière, mais j’ai plutôt décidé de revenir sagement sur mes pas, me disant que je n’aurais qu’à revenir un autre jour.

Un collègue m’a par la suite expliqué qu’il existait une autre route pour se rendre au sommet à pied, mais comme mon horaire de travail était plutôt chargé, je n’ai finalement jamais eu le temps de me mettre à la recherche de ce sentier. Alors quand, lors de ma dernière journée à San Sebastián, une collègue m’a proposé d’emprunter le funiculaire, j’ai décidé d’accepter, me disant que c’était là ma dernière chance d’atteindre le sommet d’Igueldo.

Funiculaire du mont Igueldo
Bonjour funiculaire

Le funiculaire (apparemment, le troisième plus vieux d’Espagne) nous a rapidement amenées au sommet. Et la vue sur San Sebastián était tout simplement spectaculaire.

San Sebastian
Sans doute le plus beau point de vue sur San Sebastián

Le parc d’attractions était fermé ce jour-là, alors le sommet était plutôt tranquille. Nous avons décidé de payer quelques euros de plus pour monter au sommet de la tour qui se trouve sur Igueldo. Malgré ses airs militaires, la tour serait en fait un vieux phare qui a été reconstruit pour servir d’attraction touristique au début du 20e siècle. On y trouve une exposition de vieilles photos retraçant l’histoire de San Sebastián, mais le véritable attrait est la vue qu’offre la plateforme au sommet. Devant nous s’étendait un véritable paysage de carte postale.

Monte Igueldo
Piscine avec vue

Nous en avons profité pour dîner (on retrouve un restaurant au sommet d’Igueldo – c’est cher, mais il y n’y a sûrement pas de plus jolies vues en ville!) avant de redescendre vers San Sebastián.

J’ai encore un peu l’impression d’avoir triché en me rendant au sommet avec l’aide du funiculaire, mais il n’y avait pas de meilleure façon de conclure mon séjour dans cette région magnifique! En espérant avoir l’occasion de revenir un jour afin de pouvoir l’explorer davantage!

Phare mont Igueldo
À une prochaine fois magnifique pays basque
Publicités

Rédigé par Vanessa

Voyageuse dans l'âme, lectrice avide et exploratrice passionnée! Franco-Ontarienne, présentement à Casselman, Ontario.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.