Randonnée au parc national des Mille-Îles – sentiers du ruisseau Jones

Pouvez-vous croire que le parc national des Mille-Îles est le parc national le plus près de chez-moi et que je n’y étais encore jamais allée? Comme il s’agit d’un tout petit parc (en fait, l’un des plus petits de tout le réseau), je n’étais pas certaine des options de randonnée qu’on y trouvait, mais après avoir fait un peu de recherche j’ai découvert qu’il y avait quelques sentiers intéressants, à commencer par ceux du ruisseau Jones.

Le parc national des Mille-Îles est l’un des plus vieux du Canada (il existe depuis 1904), mais le terrain où se trouve le ruisseau Jones ne fut transféré au parc national qu’en 2005 (ce qui avait à l’époque presque doublé la superficie du parc). Il ne se situe pas sur l’une des fameuses 1000 îles dans le fleuve Saint-Laurent, mais se trouve plutôt sur la terre ferme, entre l’autoroute 401 et la promenade des Mille-Îles.

Sentiers du Ruisseau Jones
En randonnée dans le parc national des Mille-Îles!

Les sentiers du ruisseau Jones sont divisés en deux sections : la section inférieure (au sud-est du ruisseau) et la section supérieure (au nord-ouest du ruisseau). Les deux sections étaient auparavant reliées, mais il semblerait que le pont flottant qui traversait le ruisseau ait été endommagé lors d’une tempête l’an dernier. Il était encore fermé lors de mon passage.

Le secteur du ruisseau Jones est décrit comme étant une oasis sauvage qui protège de nombreuses espèces de plantes et d’animaux. Il comprend des milieux humides, des ruisseaux et une forêt rocailleuse, où on retrouve plusieurs pins centenaires.

Section inférieure

La section inférieure est sans doute celle qui est la plus facile d’accès. Elle comprend quatre sentiers (Eel, Turtle, Heron et Bear) qui sont tous interreliés.

La météo était plutôt maussade lors de mon passage et du terrain de stationnement, je pouvais entendre les vagues du Saint-Laurent se fracasser sur la berge. Mais une fois sous les grands pins, le vent m’a semblé plus calme et moins menaçant.

J’ai commencé en suivant le sentier Eel, qui m’a rapidement amené au sentier Turtle. Sous le tapis d’aiguilles de pins et de feuilles mortes le sentier semblait s’effacer par moment, mais comme il est plutôt bien balisé, je ne l’ai pas trouvé trop difficile à suivre. Ça et là entre les arbres, je pouvais apercevoir le ruisseau Jones.

Sentier du Ruisseau Jones
Ma randonnée a commencé avec une tranquille balade en forêt

La randonnée est définitivement devenue plus intéressante une fois que je suis arrivée au sentier Heron. Le parc national des Mille-Îles est situé dans la biosphère de l’Arche de Frontenac, une région granitique reconnue par l’UNESCO pour son importance pour la biodiversité. Le sentier Heron m’a rappelé d’autres sentiers de la biosphère, comme ceux du mont Foley. Il comprenait de petites montées le long de crêtes granitiques.

Sentier Heron
Le sentier Heron est un peu plus accidenté…

C’est aussi sur le sentier Heron qu’on retrouve les plus beaux points de vue sur les milieux humides des ruisseaux Jones et Mud. Les fameuses chaises rouges, emblèmes de Parcs Canada, sont d’ailleurs situées sur un petit promontoire rocheux donnant sur le ruisseau Mud. De l’autre côté du ruisseau, je pouvais voir le pont flottant, qui a définitivement connu des jours meilleurs…

Randonnée au ruisseau Jones
C’est bien joli, même sous un ciel maussade

J’ai finalement terminé ma randonnée avec le sentier Bear. Comme le sentier Heron, il avait lui aussi un dénivelé intéressant et quelques endroits rocheux.

En suivant une grande boucle passant par tous les sentiers, ma randonnée dans cette section a totalisé près de quatre kilomètres, avec un dénivelé de 39 mètres.

Section supérieure

Comme j’avais encore de l’énergie, j’ai décidé d’explorer aussi les sentiers de la section supérieure du ruisseau Jones. Comme le pont flottant est fermé présentement, la seule façon d’accéder à la section supérieure est via une entrée sur County Road 5. Il n’y a pas de terrain de stationnement, alors j’ai fait comme la seule autre voiture présente et je me suis stationnée le long du chemin.

Entrée section supérieure du Ruisseau Jones
L’entrée de la section supérieure du Ruisseau Jones

À l’entrée, une petite passerelle de bois, une grande carte des sentiers et une affiche indiquant la fermeture du sentier Deer. Ce dernier aurait aussi été endommagé de façon permanente, rendant ainsi inaccessible une partie de la section.

Mais je me suis dit que je pouvais quand même parcourir le sentier Wolf et le sentier Hawk pour me donner une petite idée de ce à quoi ressemblait cette section.

Si le bruit des vagues a accompagné mes premiers mètres dans la section inférieure, c’est le bruit de la circulation sur l’autoroute 401 qui a accompagné mes premiers pas sur le sentier Wolf. Une chance, le sentier est plutôt intéressant et m’a rapidement fait oublier le bruit des voitures.

Sentier Wolf
Le soleil s’est même pointé le bout du nez!

Après avoir suivi la base d’une petite crête rocheuse, le sentier Wolf traverse le ruisseau Potty sur une passerelle en bois, presque envahie par les herbes folles.

Puis le sentier Wolf a rejoint le sentier Hawk qui forme une grande boucle. Le sentier Hawk m’a donné l’impression de ne pas être très fréquenté. À certains endroits, le sentier était presque complètement couvert de broussailles. À d’autres endroits, il disparaissait sous les aiguilles de pin. Il comprenait plusieurs montées et descentes le long de petites crêtes rocheuses dans la forêt.

Sentier Hawk
Une chance que le sentier Hawk est balisé…

Je vous avoue, je m’attendais à ce que ma randonnée dans le parc national des Mille-Îles soit relativement tranquille et pas très difficile. Le sentier Hawk m’a détrompée. Après plus d’une dizaine de kilomètres de randonnée, j’avais les jambes lourdes et je commençais à compter les kilomètres qu’il me restait à faire avant de compléter la boucle. J’ai presque hurlé de joie lorsque je suis finalement revenue au sentier Wolf.

Ma randonnée sur les sentiers Wolf et Hawk a totalisé plus de 7 kilomètres avec un dénivelé de 114 mètres. J’ai donc parcouru près de 12 kilomètres en tout sur les sentiers du ruisseau Jones. Ça m’a donné la piqûre de découvrir les autres sentiers de ce petit parc national!

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: