Parcourir à pied le sentier récréatif de Prescott-Russell

J’ai un peu honte de le dire, mais même si j’ai grandi dans la région de Prescott et Russell dans l’Est ontarien, et même si je suis revenue y habiter il y a maintenant huit ans, je n’avais encore jamais fréquenté le sentier récréatif de Prescott-Russell. Je connaissais son existence, mais je n’y avais jamais marché, jamais fait du vélo, jamais fait de la raquette, rien.

Il faut dire que j’ai toujours plus vu le sentier récréatif comme une longue piste cyclable traversant la région et que les sentiers linéaires de ce type ne sont pas mes préférés quand vient le temps de faire de la randonnée.

Alors, qu’est-ce qui m’a finalement poussée, après toutes ces années, à finalement me lancer sur le sentier? Il y a deux raisons. La première, c’est que mon copain et moi avions comme projet cette année de parcourir un sentier de longue distance en Europe. On rêve depuis longtemps du Hadrian’s Wall en Angleterre et de la Corfu Trail en Grèce.

Mais bon, la situation mondiale étant ce qu’elle est présentement, nous avons décidé de nous trouver un plan B. Nous avons donc troqué les oliveraies de la Grèce pour les champs de maïs de l’Est ontarien…

Sentier récréatif de Prescott-Russell
Pas vraiment la Grèce, mais c’est mieux que rien

La deuxième raison, c’est que l’avenir du sentier récréatif est un peu incertain présentement. Il y a quelques semaines, les Comtés Unis de Prescott-Russell ont voté pour mettre fin à l’entente qui les lie avec Via Rail, propriétaire de cet ancien chemin de fer. Il paraît que les coûts d’entretien et de réparation du sentier soient trop élevés pour les municipalités.

Difficile de dire pour l’instant si et quand le sentier fermera, mais ça m’a fait un petit pincement au cœur de penser que les jours de ce sentier étaient peut-être comptés… Mon copain et moi avons donc décidé de le parcourir à pied, d’un bout à l’autre, avant qu’il ne disparaisse.

Un peu d’histoire

Le sentier récréatif de Prescott-Russell a été aménagé sur un ancien chemin de fer que reliait auparavant Montréal à Ottawa et traversait la région de Prescott et Russell d’est en ouest. Les opérations sur le chemin de fer du Canadian Pacific ont cessé dans les années 80 et au début des années 2000, le sentier récréatif a officiellement été inauguré.

Le sentier récréatif de Prescott-Russell fait officiellement 72 kilomètres et compte cinq pavillons. Nous avons parcouru, à pied, les 66 kilomètres entre le pavillon de Hammond (celui le plus à l’ouest) et le pavillon de Saint-Eugène (à l’extrémité est). Nous avons divisé notre longue marche en tronçons d’une dizaine de kilomètres, que nous vous décrivons ci-dessous.

Sentier récréatif de Prescott-Russell
À la découverte du sentier récréatif de Prescott-Russell

Pavillon de Hammond à County Road 2 – 11 km

Premiers pas sur le sentier, en direction est. J’ai tout de suite été étonnée par le fait que le sentier soit bordé d’arbres à cet endroit. Je vous avoue, je pensais vraiment que nous allions marcher au milieu des champs agricoles pendant 70 kilomètres. À la place, nous nous sommes retrouvés à traverser de jolis secteurs boisés. Bien entendu, le sentier est en ligne droite, mais les cinq kilomètres qui séparent Hammond de Bourget ont passé étonnamment vite.

À Bourget, le sentier, jusqu’alors couvert de gravier, devient plus large et est asphalté. « On sent qu’on arrive en ville! » s’est enthousiasmé mon copain. J’image qu’après cinq kilomètres entre champ et forêt, Bourget peut soudainement sembler très urbain.

À Bourget, nous sommes passés devant l’ancienne gare, la seule le long du sentier dont le bâtiment existe encore aujourd’hui.

Vieille gare de Bourget
Bonjour Bourget!

Après Bourget, les arbres sont devenus un peu plus clairsemés et les boisés ont fait place aux champs agricoles. Devant nous, le sentier filant en ligne droite semblait s’étendre à perte de vue et il y avait peu ou pas d’arbres pour nous offrir un peu d’ombre. J’ai un peu de difficulté à expliquer comment un paysage aussi monotone pouvait en même temps être aussi magnifique.

Sentier récréatif de Prescott-Russell
Couleurs de fin d’été

Après avoir traversé le ruisseau Cobbs Lake sur un vieux pont ferroviaire, nous avons finalement atteint le stationnement sur le chemin de comté 2 où nous avons stoppé notre randonnée pour la journée.

County Road 2 au pavillon de Plantagenet – 12 km

Les kilomètres suivants se sont ressemblé : champs, secteurs boisés, sentier en ligne droite. Le paysage était joli, mais peu excitant. Je pense que mon copain a commencé à regretter un peu d’être embarqué avec moi dans ce projet.

À mi-chemin du parcours, nous sommes passés devant l’emplacement de l’ancienne gare de Pendleton. De la gare, il ne reste aujourd’hui rien dans la forêt, qu’un panneau indiquant sa présence.

À environ quatre kilomètres avant d’arriver à Plantagenet, nous avons eu un petit moment d’excitation : nous avons aperçu des vaches. Bon, je sais, ça peut paraître plutôt banal, mais je suis contente qu’on les ait vues. Peut-on vraiment dire qu’on a traversé la région de Prescott et Russell si on n’a pas vu au moins une vache?

Des vaches près de Plantagenet
Nos premières vaches!

Plantagenet au chemin Peat Moss – 11 km

J’avais hâte de faire cette portion du sentier, puisque je savais que nous allions traverser la rivière Nation, une rivière importante pour la région. Petite déception en y arrivant toutefois… Les flancs du vieux pont ferroviaire qui la traverse sont si hauts, qu’il est en fait presque impossible d’apercevoir la rivière depuis le sentier (à moins de jouer les casse-cous comme mon copain).

Pont sur la rivière Nation
Vivre dangereusement pour voir la rivière Nation

Cette portion du sentier a tout de même été plaisante. Peut-être parce que l’automne commençait à faire voir ses couleurs et que la température était parfaite. Peut-être parce que nous avons eu l’impression que le paysage variait (forêt, bois, champs, étangs, et les montagnes des Laurentides à l’horizon). Peut-être aussi parce qu’à ce point-ci, nous commencions à être plus habitués au sentier.

Quand nous avons commencé à apercevoir les grands champs de tourbe et leurs tas de terre noire, j’ai su que nous arrivions près d’Alfred. Il est d’ailleurs possible d’apercevoir le village, au loin.

Sentier récréatif de Prescott-Russell
Un air d’automne à Alfred

Chemin Peat Moss au pavillon de Vankleek Hill – 17 km

Nous avions beaucoup de kilomètres à parcourir entre Alfred et Vankleek Hill et ça nous a donc demandé un peu plus de motivation que les autres fois.

Surtout que j’ai été un peu déçue quand nous sommes passées près du site de Caledonia Springs. Comme je m’intéresse à l’histoire de la région, j’ai beaucoup lu sur l’histoire de cette ancienne station thermale. On y retrouvait des hôtels, un bureau de poste, une usine d’embouteillage, une gare… Bref, c’était un endroit qui bouillonnait d’activités à la fin du 19e siècle et même si je sais que Caledonia Springs n’existe plus, j’espérais pouvoir retrouver quelques traces de son passé le long du sentier.

Finalement, rien. À part un panneau d’interprétation sur l’histoire de l’endroit, et des bancs pour s’asseoir et essayer de s’imaginer à quoi les environs ressemblaient au temps de Caledonia Springs.

N’empêche, cette très longue portion du sentier était magnifique, spécialement avec les couleurs d’automne.

Sentier récréatif à Vankleek Hill
Juste avant l’arrivée à Vankleek Hill

Pavillon de Vankleek Hill au pavillon de Saint-Eugène – 15 km

Dernière portion, sous un ciel d’automne un peu maussade. À partir de Vankleek Hill, le sentier reste en secteur boisé pendant un bout de temps et traverse même une voie ferrée, elle encore en fonction. Les couleurs d’automne étaient sur le déclin, mais le sentier est resté surprenamment joli. Dire que je l’ai ignoré toutes ces années parce que je croyais qu’il était sans intérêt!

Sentier récréatif à Vankleek Hill
Cher sentier, tu es si photogénique

À huit kilomètres de Vankleek Hill, le sentier passe sous l’autoroute 417. À partir de là, il m’a semblé que le sentier, qui traversait en ligne droite des champs, était visible à perte de vue. À l’horizon, la silhouette d’une petite montagne (peut-être le mont Rigaud?).

Avant d’arriver à Saint-Eugène, il y a eu plusieurs fermes et plusieurs vaches, ce qui m’a semblé la conclusion parfaite à cette longue marche à travers la région. Puis le clocher du village nous est apparu, le sentier est redevenu asphalté (comme c’est le cas à toutes les fois où nous avons approché un village) et nous avons finalement atteint le pavillon, notre point d’arrivée final. Mission accomplie!

Pavillon de Saint-Eugène
Saint-Eugène et la fin du sentier

Je ne sais pas quel sera l’avenir de ce long sentier récréatif, mais une chose est certaine: au cours des dernières semaines, il m’a permis de me rappeler à quel point ma région est magnifique!

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: