Cidre et randonnée : combinaison parfaite à la Cidrerie Michel Jodoin

Après avoir fait de la randonnée au mont Saint-Grégoire en Montérégie, j’ai décidé de profiter de mon passage dans la région pour faire un détour par Rougemont. Comme je suis amatrice de cidre, je me suis dit qu’il n’y avait pas de meilleurs endroits pour faire le plein de ma boisson préféré, et je me suis donc arrêtée à la Cidrerie Michel Jodoin à Rougemont.

J’ai choisi particulièrement la Cidrerie Michel Jodoin parce que j’aime bien le cidre de ce producteur en général, mais aussi et surtout parce que la cidrerie a aussi la particularité d’avoir des sentiers de randonnée sur sa propriété. Cidre et randonnée en montagne? Il n’y avait pour moi pas de combinaison plus parfaite en ce samedi ensoleillé de septembre.

Cidrerie Michel Jodoin
Bienvenue à la Cidrerie Michel Jodoin à Rougemont

Les sentiers Jean-Baptiste-Jodoin (nommés en l’honneur du premier propriétaire du verger) totalisent 4,6 kilomètres sur le flanc sud-est du mont Rougemont. On y accède en passant par l’un des vergers (où les arbres croulaient sous les pommes prêtes à être cueillies). J’ai payé le frais d’accès (4$) puis j’ai laissé derrière moi les pommiers pour plonger sous les grands érables du mont Rougemont.

Comme le mont Saint-Grégoire, le mont Rougemont fait aussi partie des collines montérégiennes, des collines massives composées de roches métamorphiques surplombant cette grande plaine propice à l’agriculture. Et tout comme le sentier menant au sommet du mont Saint-Grégoire, le sentier à la Cidrerie Michel Jodoin est quand même assez escarpé et monte plutôt abruptement.

Sentier Jean-Baptiste-Jodoin
Un sentier rocheux, comme je les aime

La montée se fait en lacet sur les flancs d’une falaise rocheuse. Après environ 500 mètres, je suis arrivée au premier point de vue. Entre les arbres, je pouvais voir s’étendre devant moi les vergers et les champs de la campagne de Rougemont et, au loin, la silhouette distinctive du mont Saint-Hillaire. Un tableau magnifique!

Mont Saint-Hillaire en Montérégie
Montérégie, que tu es jolie

Le sentier redescend légèrement avant de reprendre un peu d’altitude. Cette portion du sentier était très jolie et bien aménagée (un petit ponceau traverse un ruisseau et des escaliers suivent des flancs rocheux).

Sentier Jean-Baptiste-Jodoin
Une jolie portion du sentier

Mon seul bémol c’est que je me suis retrouvée derrière un gros groupe de randonneurs. Ceux-ci allaient à un rythme beaucoup plus lent que le mien, et comme le sentier était étroit, je ne pouvais pas les dépasser. Comme ils n’ont pas eu la courtoisie de s’arrêter pour me laisser passer, j’ai dû attendre et les suivre sagement, ce qui a ôté un peu du charme de la randonnée.

Heureusement, le groupe de randonneurs a décidé de prendre une pause lorsque nous sommes arrivés près du point le plus élevé du sentier. J’en ai alors profité pour les dépasser et accélérer le rythme pour essayer de retrouver un peu de la quiétude de la forêt.

Je suis donc arrivée seule au belvédère sur le flanc sud-est du mont Rougement. La vue y était tout aussi magnifique qu’au premier point de vue. Les sentiers Jean-Baptiste-Jodoin n’atteignent pas le sommet du mont Rougemont (le sommet est situé plus au nord), mais ils permettent d’atteindre une élévation de 230 mètres et les points de vue en valent définitivement la peine.

Belvédère sur le mont Rougement
Bel endroit pour prendre une pause

Quelques mètres après le belvédère, le sentier se divisent en deux et offrent deux options pour redescendre : un sentier plus court, balisé en bleu, ou un sentier un kilomètre plus long, balisé en rouge. Comme je trouvais qu’il y avait un peu trop de randonneurs sur le sentier à mon goût et que je commençais à être un peu éreintée, j’ai décidé de choisir l’option la plus courte.

La descente n’a pas été trop difficile, mais comme il faut redescendre sur quelques rochers (parfois branlants), j’ai quand même dû faire attention. Mais j’ai finalement regagné l’entrée du sentier et j’ai quitté la forêt pour me retrouver à nouveau dans le verger. En tout, ma randonnée a totalisé 3 kilomètres, avec un dénivelé de 201 mètres.

Avant de repartir, il fallait évidemment que je passe à la boutique de la cidrerie. Celle-ci offre différents cidres, du mousseux, des spiritueux et du moût de pomme. Du cidre et de la randonnée en montagne : difficile d’avoir un samedi plus parfait!

Cidrerie Michel Jodoin
Arrêt obligatoire à la boutique de la cidrerie

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: