Après avoir passé quelques jours à Belfast, j’ai pris l’autobus en direction de Ballycastle, sur la côte du Causeway. Je m’apprêtais à commencer ma randonnée sur la Causeway Coast Way le lendemain, et j’avais décidé d’arriver tôt dans la journée à Ballycastle pour déposer ma valise et explorer les environs. Je suis arrivée au village juste au moment où un traversier pour l’île de Rathlin s’apprêtait à partir, alors j’ai décidé de sauter sur l’occasion pour aller explorer l’île!

L’île de Rathlin est située à 10 kilomètres au nord de Ballycastle. Il s’agit de l’île habitée la plus au nord de l’Irlande (elle compte une population de 150 personnes) et elle reconnue pour sa grande population d’oiseaux de mer (sa colonie d’oiseaux est l’une des plus importantes d’Europe). On retrouve sur l’île de Rathlin des guillemots, des petits pingouins et, surtout, des macareux moines!

Île Rathlin
Arrivée sur l’île de Rathlin

En arrivant sur l’île, j’ai dû décider ce que je voulais faire. L’île n’est pas très grande (6 kilomètres de l’est à l’ouest et 4 kilomètres du nord au sud) alors elle se parcourt bien à pied (ou à vélo). Mon temps était cependant compté : nous étions en début d’après-midi et le dernier traversier vers Ballycastle partait à 17h30. En tout, j’avais à peu près quatre heures pour explorer l’île.

Bateaux de pêche
Bateaux de pêche au quai du village

J’ai décidé de mettre le cap vers la pointe ouest de l’île. C’est là que se trouve l’une des trois réserves naturelles protégées qui accueillent les colonies d’oiseaux et j’avais décidé que j’avais envie de voir des macareux. Ils sont, après tout, les vedettes de l’île.

Il existe une navette qui fait l’aller-retour entre la réserve naturelle de Kebble et le terminal du traversier mais j’ai décidé de marcher. La route pour se rendre à la réserve fait environ 5 kilomètres et elle est relativement peu fréquentée, ce qui m’a permis de prendre le temps pour savourer la nature de l’île.

Île Rathlin
Randonnée sur l’île de Rathlin

L’île de Rathlin ne compte pas que des oiseaux de mer. On retrouve aussi plusieurs moutons, chèvres et vaches, rappelant l’époque où la population de l’île était auto-suffisante. L’île Rathlin abrite aussi des colonies de phoques, mais comme la route sur laquelle je me trouvais ne suivait pas la côte, mes chances d’apercevoir un phoque était plutôt minces. J’ai dû me contenter de voir des lièvres détaler devant moi.

Moutons
Des moutons, parce qu’on est en Irlande après tout

J’ai à un moment atteint le point le plus haut de l’île, Sileveard, situé à 134 mètres au-dessus du niveau de la mer. De là, je pouvais voir une bonne partie de l’île s’étendre devant moi : le village par lequel j’étais arrivée, la pointe sud de l’île, la route que je venais de parcourir. Je pouvais voir jusqu’à la côte irlandaise et les montagnes de l’Écosse.

Île Rathlin
Un cairn marque le plus haut point de l’île

Après plus d’une heure de marche, je suis finalement arrivée à la réserve de Kebble. J’ai continué à suivre la route jusqu’à la pointe ouest de l’île, où se trouve le phare. Et c’est en arrivant à la côte que j’ai commencé à les entendre : les cris des milliers d’oiseaux se mêlant au bruit des vagues.

On retrouve là un petit centre d’interprétation sur les oiseaux de mer et une plateforme d’observation avec vue sur les falaises. Le centre d’interprétation offre des jumelles, dont j’ai profité afin de pouvoir mieux observer les oiseaux. Et là, au milieu des milliers de petits pingouins, guillemots et mouettes, j’ai reconnu quelques spécimens de macareux moines avec leur bec et pieds colorés. Ce n’était pas les premiers que je voyais, mais je pense que c’est la première fois que j’en voyais autant dans un même endroit.

Île Rathlin
Les falaises de l’île de Rathlin, domicile de milliers d’oiseaux

J’ai passé beaucoup de temps à observer les oiseaux. Trop de temps. J’ai éventuellement réalisé que mon traversier partait dans un peu plus d’une heure et que j’avais 5 kilomètres à parcourir à pied afin de revenir au village.

Réserve naturelle de Kebble
Aurevoir réserve de Kebble, j’ai un traversier à prendre!

Je suis donc presque revenue à la course et j’ai fini par arriver à temps pour mon traversier. Mais j’ai regretté ne pas avoir eu davantage de temps sur l’île de Rahtlin. J’aurais aimé marcher jusqu’à la pointe sud de l’île où on retrouve une autre réserve d’oiseaux. Ou encore jusqu’au phare est, à partir duquel Marconi a effectué les premiers tests de transmission radio entre l’île de Rathlin et Ballycastle le 6 juillet 1898.

Mais il m’a malheureusement fallu prendre ce dernier traversier pour revenir à Ballycastle. Et juste au moment où nous quittions l’île, j’ai aperçu non loin du village quelques phoques qui se faisaient bronzer sur la berge. Des phoques, des macareux et des moutons, c’est quand même pas mal pour un après-midi!

Île Rathlin
À la prochaine, île de Rathlin!

 

Advertisements

Rédigé par Vanessa

Voyageuse dans l'âme, lectrice avide et exploratrice passionnée! Franco-Ontarienne, présentement à Casselman, Ontario.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.