J’ai décidé de braver le froid mordant une fois de plus pour aller faire une courte randonnée dans le parc national d’Oka. Pourquoi Oka? Premièrement, parce que je n’y étais encore jamais allée, et ensuite parce que je me cherchais un endroit où les sentiers étaient encore accessibles l’hiver, ce qui est le cas à Oka.

Il faut aussi spécifier qu’au-delà de sa richesse naturelle, le parc national d’Oka a aussi un patrimoine historique intéressant. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de m’attarder à ce qui est sans doute son sentier le plus populaire, le sentier du Calvaire.

Sentier Calvaire à Oka
Explorons le chemin de croix

Le sentier du Calvaire est un chemin de croix qui a été aménagé en 1740 sur la colline d’Oka. À cette époque, les chemins de croix étaient bien à la mode en Europe et les missionnaires de la région de Montréal ont décidé d’importer cette pratique de l’autre côté de l’Atlantique. Le chemin de croix fut construit près de la mission du Lac des Deux-Montagnes afin d’enseigner la Passion du Christ aux autochtones des environs convertis au catholicisme.

Au cours du siècle suivant, le chemin de croix deviendra l’un des endroits de pèlerinage religieux les plus populaires de la région de Montréal. Des milliers de personnes se présentaient pour les fêtes du Calvaire en septembre à chaque année et effectuaient l’ascension jusqu’aux trois chapelles au sommet en chantant et en priant.

Chapelle d'Oka
Au sommet

Le chemin de croix a perdu en popularité au cours du 20e siècle. Dans les années 70, il sera acquis par le gouvernement du Québec qui créera alors le parc national d’Oka. Des travaux ont été entrepris pour restaurer les quatre oratoires et les trois chapelles du sentier. Les sculptures qui se trouvaient à l’intérieur, endommagées par le temps et le vandalisme, ont été déplacées vers l’église paroissiale et remplacées par des reproductions. Le sentier est aujourd’hui classé comme site historique.

Oratoire du Sentier Calvaire
L’un des oratoires du chemin de croix

J’étais complètement seule sur le sentier aujourd’hui. Difficile d’imaginer qu’à une époque, ils étaient des milliers à faire le même chemin que moi. Mais je dois avouer que la sérénité du sentier, bordé d’érables et de bouleaux, en fait vraiment un endroit tout désigné pour un pèlerinage religieux ou spirituel.

Le sentier du Calvaire d'Oka.
Dernière montée avant d’atteindre le sommet

Le sentier fait 6 km aller-retour. Le parc classe ce sentier comme étant difficile, mais personnellement, j’ai trouvé la randonnée relativement aisée (le sommet du Calvaire d’Oka a une centaine de mètres d’élévation, donc il n’est pas très haut). Il est possible de poursuivre sa randonnée sur le sentier du Sommet (et rajouter 3 kilomètres à la distance parcourue), mais j’ai décidé de retourner sagement à ma voiture, parce que le froid commençait à avoir raison de moi.

Il faut aussi noter que l’entrée au parc national coûte autour de 8$. Le sentier est bien balisé, il y a plusieurs cartes sur le parcours et des flèches indiquent la voie à suivre pour se rendre aux chapelles du Calvaire d’Oka.

Parc national d'Oka.
Paisible

Advertisements

Rédigé par Vanessa

Voyageuse dans l'âme, lectrice avide et exploratrice passionnée! Franco-Ontarienne, présentement à Casselman, Ontario.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.