Coup de cœur pour la réserve écologique de la Forêt-la-Blanche en Outaouais

L’automne est ma saison préférée pour faire de la randonnée. Il n’y a plus de moustiques, il ne fait ni trop chaud, ni trop froid et les couleurs sont magnifiques. C’est sans doute pour ces raisons que mes randonnées préférées sont souvent celles que je fais en automne, comme ce fut le cas avec la réserve écologique de la Forêt-la-Blanche près de Mayo, en Outaouais.

La réserve écologique de la Forêt-la-Blanche protège l’un des derniers exemples représentatifs de la forêt primitive du sud-ouest québécois. La forêt a été très peu affectée par les perturbations humaines et elle abrite des espèces rares et fragiles. Comme la forêt qu’on y trouve n’a pas été exploitée et a été laissée à l’état naturel, certains des arbres de la réserve ont quelques centaines d’années.

Forêt La Blanche
Les très grands pins de la réserve écologique de la Forêt-la-Blanche

La réserve écologique comprend 15 kilomètres de sentiers. J’ai décidé de suivre le parcours recommandé sur le site web de la réserve, en commençant par le sentier 4, baptisé Le Cendré.

Le sentier Le Cendré m’a donné un bon avant-goût de ce que la réserve écologique était pour m’offrir. Le sentier est bien entretenu et bien balisé, et il restait facile à suivre même s’il était par endroits couvert d’un tapis de feuilles mortes. J’ai été étonnée par le nombre de passerelles, de ponceaux et d’escaliers qu’on y trouvait : tout a été mis en place pour offrir une expérience de randonnée des plus agréables.

Sentier Le Cendré
Le sentier est si bien aménagé!

Ce qui m’a aussi particulièrement surprise, c’est le nombre de tableaux d’interprétation qu’on retrouve le long du sentier. Histoire de la forêt, essences d’arbres, description de la faune et de la flore, formation géologique… Tous les aspects d’un écosystème semblent couverts par ces tableaux d’interprétation. Impossible de sortir de la forêt La Blanche sans en avoir appris un peu sur elle!

Après avoir contourné un marécage, le sentier Le Cendré m’a fait emprunter un très, très long escalier qui m’a fait descendre de l’escarpement pour me rapprocher du Lac la Blanche. Puis il m’a amené à un premier belvédère, offrant une vue magnifique sur le Lac la Blanche, qui donne son nom à la forêt.

Lac La Blanche
Superbe Lac la Blanche

C’est à ce point que le sentier Le Cendré rejoint le sentier 5, appelé La Prucheraie. Comme son nom l’indique, le sentier traverse une prucheraie sur les rives du Lac la Blanche. Il m’a offert un autre belvédère sur le Lac la Blanche, avant de m’amener à un autre lac, le Lac en Ciel. Plus petit que le Lac la Blanche, le Lac en Ciel semblait presque turquoise sous le soleil matinal, me rappelant le lac Pink dans le parc de la Gatineau.

Lac en Ciel
Lac turquoise et couleurs d’automne

La forêt La Blanche n’avait pas fini de m’en mettre plein la vue! Après un autre belvédère donnant sur le Lac en Ciel, le sentier La Prucheraie rejoint le sentier 3, baptisé Ouaouaron, sur lequel j’ai fait un court détour pour aller observer une chute. Puis, j’ai poursuivi ma randonnée le long des petits lacs de la réserve. Après le Lac en Ciel, ce fut au tour du Lac aux hérons, le long duquel on retrouve une longue et magnifique passerelle.

Lac aux hérons
Marcher le long du lac aux Hérons

J’ai encore une fois été émerveillée par tout le travail qui avait été mis pour aménager ces sentiers. Les passerelles et les belvédères permettent définitivement de mettre en valeur la forêt et ses lacs, et donnent presque l’impression de se déplacer dans une forêt sortant tout droit d’un conte de fée.

Il me restait un lac à voir, le lac Amik, où il y avait évidemment d’autres belvédères et d’autres passerelles et autour duquel la forêt était tout aussi majestueuse.

Lac Amik
Je manque de mots pour décrire à quel point cet endroit est magnifique

Le sentier Ouaouaron m’a éventuellement ramenée au centre d’accueil, mon point de départ. Mon plan initial était de suivre ensuite le sentier L’Orignal, un sentier de 2,4 kilomètres un peu plus rustique, offrant d’autres points de vue sur d’autres lacs de la forêt. Mais je me suis trompée et j’ai emprunté le sentier Le Forestier, un court sentier un peu plus escarpé qui m’a amenée à un énième point de vue sur le lac Amik.

Forêt La Blanche
S’enfoncer encore plus dans la forêt

Après avoir atteint le bout du sentier je suis revenue sur mes pas. À ce point, j’avais randonné près de 6 kilomètres et je me sentais un peu moins motivée à emprunter le sentier L’Orignal. Alors je l’ai remis à une prochaine fois. La forêt La Blanche m’a complètement enchantée, alors ce n’est que partie remise!

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: