Cuba est un pays fascinant. Si vous vous aventurez hors des hôtels tout-inclus, vous allez découvrir une nation toute en contraste : des montagnes et des marécages, des gens se promenant à bicyclette et à dos de cheval, des champs de canne à sucre et des champs de panneaux solaires. C’est un pays avec une histoire particulière aussi, qui ne ressemble à aucun autre endroit où je suis allée.

Et si justement l’histoire (et l’agriculture) vous intéresse, je vous conseille un arrêt au Museo de la Agroindustria Azucarera près de Remedios, dans la province de Villa Clara. Ce musée, dédié à l’industrie agricole de Cuba, est situé dans une ancienne usine de raffinage du sucre.

Museo de la Agroindustria Azucarera
Bienvenue au musée de l’agriculture

L’histoire même de ce musée est intéressante. Cuba a longtemps été le principal producteur de sucre au monde (au début du 20e siècle, le pays exportait plus de 5 millions de tonnes par année). Dans la province de Villa Clara seulement, une quarantaine de raffineries ont vu le jour. La raffinerie Reforma (celle qui héberge aujourd’hui le musée) était l’une des plus grosses des environs, et expédiait son sucre par train vers la ville portuaire de Caibarién.

Bien que l’embargo des États-Unis après la révolution cubaine ait compliqué les choses pour l’industrie du sucre, c’est la chute de l’empire soviétique au début des années 90 qui a donné un coup dur. Cuba a alors perdu son principal marché d’exportation. Et avec l’embargo américain, il était difficile de se procurer des pièces pour réparer la machinerie désuète des raffineries. Plusieurs d’entre elles ont dû fermer, dont la raffinerie Reforma.

Museo de la agroindustria Azucarera
Une usine qui a connu des jours meilleurs…

La machinerie de la raffinerie est aujourd’hui bien silencieuse. Elle sert maintenant à illustrer le processus de raffinage du sucre aux touristes de passage.

Le Museo de la Agroindustria Azucarera comprend aussi une exposition sur l’histoire de l’industrie du sucre à Cuba, de l’époque de l’esclavagisme à aujourd’hui. On y retrouve aussi un café, où il est possible de déguster du jus de canne à sucre, du café cubain ou du rhum, ou d’en apprendre plus sur la fabrication de cigare.

Museo de la agroindustria Azucarera
Un peu d’histoire sur l’industrie du sucre

Le musée est surtout reconnu pour sa collection de locomotives à vapeur (celles qui permettaient auparavant d’expédier le sucre aux villes portuaires). L’une d’entre elles fait encore l’aller-retour quotidien entre la raffinerie et la ville de Remedios non loin. Malheureusement pour nous, à notre passage, la locomotive était en panne. C’est aussi un peu ça Cuba.

Train à vapeau
Vieille locomative et palmiers

Pour nous consoler, nous avons pu visiter le gigantesque entrepôt sur place qui est utilisé pour faire vieillir le rhum de la compagnie Muleta. J’avoue que c’était plutôt impressionnant de voir ces centaines de barils qui resteront plongés dans l’obscurité pendant quelques années. Les barils sont éventuellement envoyés à une usine locale, le rhum y ait embouteillé et ensuite expédié un peu partout dans le monde. L’industrie du sucre à Cuba a peut-être ralenti beaucoup au cours des dernières décennies, elle demeure encore une part importante de l’économie du pays.

Rhum Muleta
Avant d’être transformé en Cuba Libre…

Le billet d’entrée coûte 3CUC (un peu plus si vous voulez faire un tour de train). Le musée est situé sur la route entre Remedios et la région touristique de Cayo Santa Maria.

Advertisements

Rédigé par Vanessa

Voyageuse dans l'âme, lectrice avide et exploratrice passionnée! Franco-Ontarienne, présentement à Casselman, Ontario.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.