Le lendemain de notre ascension du mont Sulphur, mon frère et moi avons mis le cap sur Lake Louise, situé à 45 minutes au nord de Banff. Lake Louise est sans doute l’un des lacs les plus photographiés du Canada et l’image carte postale typique des Rocheuses. Sa couleur turquoise et ses montagnes et glaciers majestueux en toile de fond en font un arrêt incontournable pour les touristes.

Par contre, comme je l’ai dit dans mon dernier article, le printemps n’est pas la saison idéale pour visiter les Rocheuses. Même si nous étions à la fin mai, le lac était encore couvert de glace. Je m’y attendais (je m’étais renseignée là-dessus à l’avance), mais notre grande déception fut de nous rendre compte que la majorité des sentiers des alentours et des routes secondaires étaient aussi fermés en raison de risque d’avalanche. Donc pas de randonnée jusqu’aux maisons de thé ou de détour par le lac Moraine comme nous l’avions prévu. Il fallait nous trouver un plan B.

Nous avons donc quitté la horde de touristes autour du Lake Louise pour mettre le cap vers la frontière de la Colombie-Britannique, une dizaine de kilomètres plus loin. Nous avons décidé de passer le reste de notre journée au parc national Yoho, un autre superbe endroit pour découvrir les Rocheuses.

Nous nous sommes dirigés vers Field, un petit village au centre du parc où se situe le bureau d’information touristique. De là, nous avons fait le plein de renseignements sur les endroits à ne pas manquer. Voici un résumé de notre passage par le parc.

Parc national Yoho
Bienvenue à Field, Colombie-Britannique

Tunnels en spirale (Spiral tunnels)

Arrêt obligatoire pour les amateurs d’ingénierie et d’histoire ferroviaire. Lorsque la Colombie-Britannique s’est jointe au Canada en 1871, ce fut à la condition que la province soit jointe au reste du pays via un chemin ferroviaire. Il fut décidé de construite ce chemin ferroviaire en utilisant le col Kicking Horse (là où passe aujourd’hui la transcanadienne qui traverse Yoho). L’inclinaison de la pente a toutefois causé beaucoup de problèmes (le premier train qui a franchi le col a déraillé et tué trois personnes).

Un ingénieur a éventuellement trouvé une solution pour contrer la forte inclinaison : des tunnels en spirale permettant au train de tourner sur lui-même dans la montagne pour descendre plus graduellement. La construction s’est terminée en 1909 et les tunnels sont toujours utilisés aujourd’hui.

Il y a un arrêt sur la route (quelques kilomètres après être entré via l’Alberta) pour observer les tunnels au loin dans la montagne. Et comble de chance pour nous, un train l’empruntait justement au moment où nous nous y sommes arrêtés. Plusieurs panneaux explicatifs expliquent l’histoire et l’ingénierie derrière les tunnels.

Tunnels en spirale
Au loin dans la montagne, un train tourne sur lui-même

Pont naturel

Le parc national Yoho protège le bassin versant de la rivière Kicking Horse qui descend d’un glacier au nord. Le site du Pont naturel (Natural Bridge) donne un bon point d’observation des eaux laiteuses de la rivière. À cet endroit, la rivière a sculpté la roche plus friable pour créer un pont naturel. Une passerelle permet d’observer la formation rocheuse et l’eau tumultueuse sous différents angles.

Le site est facilement accessible via la route d’accès au lac Emerald.

Pont naturel
La rivière Kicking Horse s’écoule sous le Pont naturel

Lac Emerald

Le lac Emerald est sans doute l’un des joyaux du parc. Comme son nom l’indique, il est d’une magnifique couleur émeraude, couleur typique des lacs glaciaires. Et contrairement au Lake Louise, il était entièrement dégelé. Et il y avait (un peu) moins de touristes.

Le lac est populaire pour ses nombreuses activités récréatives (on peut louer kayaks ou canots, ou encore rester dans un des chalets sur ses rives). Un sentier fait le tour du lac (randonnée d’environ 5 kilomètres). Nous nous sommes toutefois arrêtés à la zone d’avalanche sur le côté nord du lac. Il y avait encore beaucoup de neige et même si nous aurions pu continuer sans trop de problème notre randonnée (après tout, la neige ne nous a pas arrêté au mont Sulphur), nous avons décidé de poursuivre notre exploration du parc.

Lac Emerald
Magnifique lac Emerald

Chute Takakkaw… ou presque

La chute Takakkaw est, paraît-il, un autre arrêt incontournable du parc national Yoho. D’une hauteur de près de 300 mètres, elle fait partie des plus hautes chutes du Canada. Pour y accéder, il faut emprunter un chemin secondaire depuis la transcanadienne. C’est ce que nous avons fait, mais nous nous sommes éventuellement heurtés à une barrière. Un autre chemin fermé en raison de risque d’avalanche! Déception…

Donc impossible de se rendre à la chute… Nous avons plutôt décidé de nous stationner près de la barrière pour descendre près de la rivière. Ou plutôt des rivières, puisque c’est à cet endroit que la claire rivière Yoho rencontre la laiteuse rivière Kicking Horse.

À défaut de voir la chute, nous nous sommes contentés de marcher le long de la rivière Kicking Horse. Comme partout où nous sommes allés dans le parc, les paysages étaient époustouflants.

Parc national Yoho
Pas de chute Takakkaw pour nous… Alors on explore!

Il fallait éventuellement revenir vers Banff. Nous avons repris la transcanadienne pour revenir vers l’Alberta, des images magnifiques en tête et l’envie irrépressible de revenir un jour pour explorer davantage le parc national de Yoho!

Advertisements

Rédigé par Vanessa

Voyageuse dans l'âme, lectrice avide et exploratrice passionnée! Franco-Ontarienne, présentement à Casselman, Ontario.

One comment

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.