La Côte-Nord, c’est un territoire grandiose et sauvage, un mélange d’épinettes et d’air salin, de villages de pêcheurs et de communautés innues. La Côte-Nord, c’est aussi une région riche en ressources naturelles et les compagnies qui sont venues les exploiter ont donné le jour à des villes et villages, qui parsèment aujourd’hui tout le territoire.

Clarke City, à l’ouest de Sept-Îles, en est le plus vieil exemple au Québec. Fondée au début du 20e siècle par les frères Clarke, premiers éditeurs de l’encyclopédie Britannica, Clarke City est considérée comme la première ville « fermée » du Québec. Les frères Clarke, qui souhaitaient exploiter la forêt environnante, ont construit une usine de pâte et papier, puis ont construit les maisons pour héberger les travailleurs. Les frères Clarke font aussi construire un barrage hydroélectrique sur la rivière Sainte-Marguerite pour alimenter leur village en électricité.

On dit que Clarke City était une ville « fermée » parce qu’absolument tout dans le village appartenait à la compagnie : les maisons des employés, l’hôpital, l’école, l’église. La vie économique et sociale évoluait donc entièrement autour de la compagnie et ne venait pas y habiter qui voulait.

Clarke City est rapidement devenue la métropole de la Côte-Nord. Les frères Clarke ont fait construire le premier chemin de fer de la région et s’occupaient de la desserte maritime. D’autres villes de compagnie s’inspireront de l’expérience de Clarke City pour se développer, comme Shelter Bay (aujourd’hui Port-Cartier) et même Baie-Comeau.

Hommage aux travailleurs de la Côte-Nord
Un hommage aux travailleurs de la région

Les activités forestières ont cessé à Clarke City dans les années 60. Aujourd’hui, le village est en fait un secteur de la ville de Sept-Îles. Un centre d’interprétation, près duquel on retrouve l’une des vieilles locomotives de l’époque dorée de Clarke City, est ouvert pendant l’été. Mais nul besoin d’attendre l’été pour visiter Clarke City. Il y a des panneaux explicatifs partout dans le village, pour nous renseigner sur ce qu’on voit ou nous rappeler d’un pan de l’histoire du secteur.

Le centre d'interprétation de Clarke City
Le centre d’interprétation de Clarke City

Clarke City est l’un des premiers endroits où j’ai mis les pieds quand je suis arrivée sur la Côte-Nord pour la première fois. Pour moi, fille d’une région agricole ontarienne, Clarke City avait un petit quelque chose de déroutant et de fascinant. La fascination est toujours présente, près de huit ans plus tard. Aller à Clarke City, c’est se rappeler une partie de l’histoire de la Côte-Nord et des gens qui ont travaillé fort pour construire cette région.

Advertisements

Rédigé par Vanessa

Voyageuse dans l'âme, lectrice avide et exploratrice passionnée! Franco-Ontarienne, présentement à Casselman, Ontario.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.