J’ai eu l’incroyable chance récemment d’avoir à aller en Jordanie quelques semaines pour le travail. C’était la première fois que je mettais les pieds au Moyen-Orient. Je suis restée principalement dans les environs d’Amman, la capitale, et comme j’ai été plutôt occupée avec le travail, je n’ai pas eu l’occasion de visiter le pays autant que je l’aurais souhaité. Mais je m’étais juré que je ne quitterais pas la Jordanie sans avoir mis les pieds à Pétra, donc à la première occasion que j’ai eue, j’ai mis le cap sur cette cité millénaire.

Petra est un incontournable de la Jordanie et du Moyen-Orient. En fait, c’est un incontournable du monde, l’une des sept merveilles de la planète, le genre d’endroit qu’il faut vraiment avoir visité une fois avant de mourir.

Il existe déjà une multitude de sites web pour conseiller les voyageurs qui souhaitent se rendre à ce site historique, alors voici seulement mes quelques impressions, ainsi que quelques conseils, tirés de ma (trop) courte visite à Pétra.

Petra3

Pétra, c’est grand

En fait, le mot « grand » est un peu faible. Pétra est immense. Il est impossible de l’explorer en entier en une seule journée. Une collègue jordanienne qui nous accompagnait nous a expliqué avoir visité Pétra quatre fois et il y avait encore une multitude de sites qu’elle n’avait jamais vus.

Si le temps vous le permet, prenez au moins deux jours pour visiter Pétra. Il est possible de séjourner dans la ville voisine de Wadi Musa. Lorsqu’on a peu de temps (comme ce fut mon cas), planifiez bien votre visite d’avance pour déterminer ce que vous souhaitez voir. Une visite par Pétra passe nécessairement par le Siq (long canyon étroit de plus d’un kilomètre) qui débouche éventuellement sur la magnifique façade du Khazneh, l’édifice le plus connu de Pétra (c’est lui qu’on voit dans un des films d’Indiana Jones). Mais après avoir vu le Khazneh, il est possible de poursuivre son chemin vers l’amphithéâtre romain, les tombeaux royaux et une multitude d’autres vestiges et ruines.

Petra7
Marcher dans le Siq

Une histoire à donner le vertige

Pétra a plus de deux mille ans. Elle fut la capitale de l’empire Nabathéen et s’est enrichie en devenant un centre du commerce d’épices et d’encens et en étant stratégiquement bien placée entre l’Égypte, la Syrie, l’Arabie et la mer Méditerranée. Elle a éventuellement été intégrée dans l’Empire romain. À son apogée, elle comptait plus de 20 000 habitants. Un gros tremblement de terre au IVe siècle l’a détruite en partie et le changement des routes de commerce ont éventuellement mené au déclin de Pétra.

Pendant plus de mille ans, Pétra a été le secret bien gardé des Bédouins de la région. En 1812 toutefois, l’explorateur suisse Johannes Burckhardt a redécouvert la cité antique et l’a fait connaître aux Européens. Pétra est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1985.

Et ce n’est que l’histoire générale. Les influences architecturales de Pétra sont diverses et chaque bâtiment mériterait qu’on s’y attarde pour comprendre son importance, son histoire, sa fonction. Mon conseil: visitez Pétra avec un guide. C’est la meilleure façon d’en apprendre le plus possible, ça rend la visite plus divertissante et ça vous permettra peut-être de noter des détails qui autrement seraient passés inaperçus.

Petra2
L’influence romaine de Pétra

Le prix d’entrée est assez exorbitant

C’est ce qui étonne beaucoup de gens qui visitent Pétra pour la première fois. Le prix pour une journée est assez élevé (50 JD, l’équivalent de presque 95$ CAN). Si vous ne passez pas la nuit en Jordanie (par exemple, si vous voyagez en Israël et décidez de faire un voyage d’une journée à Pétra), le prix d’entrée est presque le double.

Le prix fait peut-être sourciller, mais, à bien y penser, nous n’aurions aucun problème à débourser cette somme d’argent pour passer une journée à Disneyland. Comme je l’ai dit précédemment, Pétra est l’une des sept nouvelles merveilles du monde (avec la Grande Muraille de Chine, Chichen Itza au Mexique, le Christ Rédempteur au Brésil, Machu Picchu au Pérou, le Taj Mahal en Inde et le Colisée de Rome) et une partie de l’argent amassé sert à préserver le site.

De plus, il ne coûte que 5 JD de plus pour obtenir un billet d’entrée pour deux jours (donc plus on passe de journées à Pétra, plus on rentabilise sa visite!). Et le prix d’entrée comprend une balade en cheval vers ou depuis l’entrée du Siq (attention toutefois, cette balade optionnelle a beau être « gratuite », on vous demandera tout de même un pourboire).

Petra6
Le Bab al Siq monte la garde devant l’entrée de Pétra

Oui, il y a des chameaux

Les chameaux sont liés à l’histoire de cette cité antique. Les Nabathéens les appelaient les « navires du désert » et en transportant des marchandises précieuses sur de longues distances, ils ont permis à Pétra de prospérer.

Aujourd’hui, les chameaux sont toujours là, mais ils ne transportent plus les marchandises. Ils font plutôt la joie des touristes, surtout ceux en quête de cette photo cliché à la Indiana Jones devant la façade du Khazneh (je suis coupable). C’est donc pour cette raison qu’on retrouve des chameaux devant l’édifice le plus connu de Pétra (une courte balade sur place coûte 5 JD… et dure moins de deux minutes).

Il est possible de se balader à chameau sur une plus longue distance. Il suffit alors de négocier sur place le prix avec le propriétaire du chameau.

Petra1
Je n’ai pas pu résister: ma photo cliché à Pétra

On s’y sent en sécurité

Lorsque j’ai dit à mes parents que j’allais passer quelques semaines en Jordanie, ils ont tout d’abord applaudi, puis, après avoir regardé sur une carte où se trouvait exactement ce pays, ils se sont inquiétés. Il faut dire que la Jordanie a des voisins qui défraient souvent la manchette: Israël, la Syrie, l’Arabie Saoudite, l’Irak…

Mais c’est ce qui fait justement de la Jordanie une destination unique. C’est une petite enclave de paix dans une région déchirée par les conflits. C’est une opportunité de découvrir sans crainte une culture riche et une histoire fascinante, de plonger au coeur des saveurs, des odeurs et des sons du Moyen-Orient.

En Jordanie, on prend la sécurité au sérieux. Il y a beaucoup de barrages policiers sur les autoroutes. Il faut passer par un détecteur de métal avant d’entrer dans à peu près tous les grands hôtels du pays. Les sacs sont fouillés ou passés aux rayons X. Pétra ne fait pas exception.

Bien entendu, tout n’est pas toujours parfait. Les personnes voyageant seules doivent faire preuve de prudence (surtout les femmes). Il y aura toujours des gens qui tenteront de vous vendre trop cher des babioles de peu de valeur. Il y a des risques de vol. En fait, il suffit de prendre à Pétra les mêmes précautions que si vous visitiez un lieu touristique en Europe et tout devrait bien aller!

Petra5
La sécurité à Pétra, d’hier à aujourd’hui

D’Amman, il est possible de prendre le bus vers Pétra (un trajet d’environ trois heures et demie). Une fois sur place, il est tout de même facile de se retrouver (beaucoup d’indications en anglais). Si vous êtes plusieurs, il est peut-être plus avantageux de faire affaire avec un opérateur touristique (qui pourra offrir un guide).

Rajoutez Pétra à votre liste d’endroits à visiter. Vous ne le regretterez pas!

Advertisements

Rédigé par Vanessa

Voyageuse dans l'âme, lectrice avide et exploratrice passionnée! Franco-Ontarienne, présentement à Casselman, Ontario.

Leave a Reply