Oui, Tallinn est une bien jolie ville. Mais je crois que pour bien saisir la beauté de l’Estonie, il faut sortir un peu de la vieille capitale. Le petit pays baltique est couvert à presque 50% de forêts et un tiers de ces forêts sont en territoire protégé. Le pays est aussi connu pour ses nombreux milieux humides, alors que les marécages et tourbières représentent environ un cinquième de sa superficie. Et pour bien saisir cette réalité de l’Estonie, quoi de mieux que de visiter le plus grand parc national du pays, Lahemaa.

Il est possible de se rendre à Lahemaa en utilisant le transport en commun depuis Tallinn, mais nous avons décidé de faire une visite guidée avec Traveller, une compagnie qui offre des expéditions depuis Tallinn à des petits groupes. L’avantage de faire une visite guidée: la possibilité de voir plusieurs points d’intérêt et entendre les anecdotes et histoires locales.

Nous avons effectué un court arrêt avant d’arriver dans le parc national de Lahemaa. Notre guide voulait nous montrer ce que plusieurs Estoniens ont baptisé « les chutes Niagara de l’Estonie ». Bon, les chutes de Jägala sont loin de ressembler aux impressionnantes chutes Niagara, mais, à une hauteur de huit mètres, elles sont les plus hautes du pays.

Lahemaa4
Chutes Jägala

Après ce détour, nous avons mis le cap sur Lahemaa. Le parc national de Lahemaa a une superficie de 725 kilomètres carrés, ce qui en fait non seulement le plus grand parc national du pays, mais aussi un des plus vastes d’Europe.

Le parc national est bordé au nord par la mer Baltique et est couvert à plus de 70% de forêts. On y trouve aussi plusieurs manoirs imposants, des villages de pêcheurs, de même que d’anciennes bases militaires soviétiques. Une journée n’était donc pas assez pour tout découvrir, mais nous avons eu un aperçu d’un peu de tout.

Et le clou du spectacle a été réservé pour la fin de la journée. Notre guide nous a conduit à la tourbière de Viru et nous a laissé explorer les sentiers à notre guise.

Lahemaa2
Suivre le sentier dans Lahemaa

La tourbière de Viru est sans doute l’une des plus accessibles (et des plus connues) de toute l’Estonie. Un sentier de 3,5 km, parsemé de quelques tableaux d’interprétation, permet de la découvrir. On retrouve aussi une tour d’observation qui permet de prendre une pause et d’apprécier le paysage.

Lahemaa1
La tourbière de Viru

Bien que l’endroit soit bien apprécié par les locaux et les touristes, les sentiers étaient curieusement assez déserts lorsque nous l’avons visité. Nous avons toutefois croisé quelques locaux qui se baignaient dans l’eau glacée de la tourbière.

Il faut dire que les tourbières ont une grande importance dans l’histoire de l’Estonie. Dans les temps anciens, les Estoniens croyaient qu’elles étaient un portal vers le ciel et vers les Dieux. Ils y faisaient donc de nombreuses offrandes. Plus récemment, lors des périodes troubles de l’histoire du pays, de nombreux Estoniens prenaient refuge dans les tourbières. Seuls ceux qui connaissaient à perfection la topographie du terrain pouvaient s’y aventurer sans craindre d’être engloutis dans la tourbière.

Elles ont encore un air mystérieux aujourd’hui, les tourbières. Et par cette belle journée ensoleillée de juillet, j’ai presque eu envie de faire comme les locaux et de plonger moi aussi dans les eaux sans fond… Ouais, ok, peut-être pas.

Lahemaa3

Après cette belle journée tranquille au parc national de Lahemaa, revenir dans la vieille ville touristique de Tallinn a presque été un choc.

Je recommande à tout le monde qui a envie de découvrir l’Estonie de ne pas oublier de partir à la découverte des paysages naturels de ce pays!

Advertisements

Rédigé par Vanessa

Voyageuse dans l'âme, lectrice avide et exploratrice passionnée! Franco-Ontarienne, présentement à Casselman, Ontario.

One comment

Leave a Reply